Accueil : Centre de ressources : Veille technologique :

10 janvier 2005 | Imprimer cette page

Messagerie instantanée : une pratique qui s’installe

par El Ghassem Ould Ahmedou

En très peu de temps, la messagerie instantanée a en effet bouleversé les habitudes des plus jeunes.
En France, entre mai 2003 et aujourd’hui, le nombre d’utilisateurs de MSN Messenger, tous âges confondus, est passé de 2,7 à 6,8 millions.

- Une grande révolution

En très peu de temps, la messagerie instantanée a en effet bouleversé les habitudes des plus jeunes. Téléphone et télévision ont pris une place moins importante dans leur univers. A en croire un sondage Ipsos réalisé pour MSN et l’agence de publicité interactive Nurun auprès d’un (petit) échantillon de 302 jeunes de 15 à 25 ans utilisateurs réguliers d’Internet, le Web "est leur média de prédilection". A la question : "Si vous ne deviez garder que deux médias dans votre vie, lesquels choisiriez-vous ?", ils répondent Internet à 61 %, la télévision à 49 %, le cinéma à 35 %, la radio à 29 %, la presse quotidienne à 17 % et les magazines à 9 %.
Cette mini-révolution s’est faite en effet en très peu de temps. Lorsque, en 1997, la société américaine ICQ - pour "I seek you", c’est-à-dire "Je te cherche" en anglais -, depuis lors rachetée par AOL, lance le concept de messagerie instantanée, celle-ci est conçue comme un outil professionnel. Microsoft le reprend en 1999. Il y a bien les "émoticônes", ces petits symboles - une petite tête souriante :), une autre rougissante, ou encore un cœur rouge... - censés permettre à leurs utilisateurs de partager leurs émotions. Mais il s’agit plus d’un gadget d’informaticiens pour habiller convivialement des documents de travail que d’un outil conçu pour les jeunes.
- Un marché dominé parMSN

MSN Messenger est une messagerie privée, réservée à ses amis, qui permet d’échanger ("chatter") avec eux en temps réel. Microsoft n’est pas le seul opérateur de messagerie instantanée (sa part de marché mondial est de 55 %), mais, en France, il en est l’acteur quasi exclusif. Selon Nielsen Netrating, 6,8 millions d’internautes - dont la moitié ont moins de 25 ans - y ont recours, quand Wanadoo, AOL et Yahoo ! Messengers se partagent moins de 1,3 million d’utilisateurs.
En juin 2003, MSN lance donc la version 6 de Messenger, cette fois-ci pensée et conçue pour les jeunes. Tout est fait pour leur plaire. De nouvelles "émoticônes" sont créées. Les utilisateurs de MSN peuvent aussi joindre leur photo ou un dessin à côté de leur texte. Et accéder à des jeux. En revanche, pas question d’introduire un correcteur d’orthographe, comme le demandaient certains parents et enseignants.
La version 7, en cours de lancement, accentue encore cette évolution. Elle permet de se créer facilement son weblog et introduit des animations sonores et mobiles, comme cette bouche vermillon qui claque bruyamment la bise sur votre page d’ordinateur.

- Une pratique qui s’installe

Les 12-25 ans, les 25-35 ans de demain, font l’objet de toutes les attentions de Microsoft. Une anthropologue, Anne Cohen-Kiel, est même chargée depuis 1999 par le groupe d’étudier la vie des internautes pour définir au mieux leurs besoins, et orienter les recherches des ingénieurs en conséquence. Le développement des messageries instantanées dépend aussi des facteurs technologiques. La Corée, où le gouvernement a imposé le haut débit à tous les internautes, en est la plus grosse consommatrice. Aux Pays-Bas et en Belgique, également accros à cette technologie, MSN fait un tabac, comme en Espagne, où la déficience des réseaux téléphoniques a assuré le succès des réseaux alternatifs.
En France, entre mai 2003 et aujourd’hui, le nombre d’utilisateurs de MSN Messenger, tous âges confondus, est passé de 2,7 à 6,8 millions. "Nous sommes entrés dans la vie quotidienne des gens", dit Gregory Salinger.

Source : Le Monde du 08 janvier 2005