Accueil : Centre de ressources : Veille technologique : Logiciels libres :

2 janvier 2005 | Imprimer cette page

Lomé en marche vers les logiciels libres ....par Kouma Laurent DEKALIKAN

par Kouma Laurent Dekalikan

Cette plateforme est essentiellement consacrée à la formation sur les logiciels libres en général, et en particulier sur LINUX. il est à but non lucratif et à pour objectif d’aider tous les internautes de tous les horizons en particuliers ceux des pays du sud à se former gratuitement, et selon leur propre rythme.
les cours de cette plate-forme sont organisés de façon graduelle en des modules selon les trois niveaux (débutant, intermédiaire, avancé).
tous les débutants en linux sont priés de commencer par le module1 et de gravir les échelons en passant à chaque fin de module, un test d’évaluation des connaissances acquises. Ne paniquez surtout pas , il s’agit de simples questions au choix multiples pour vous évaluer vous même.
HISTOIRIQUE DE LINUX

ORIGINE ET EVOLUTION
Objectif
Après l’étude de ce chapitre, l’internaute aura une notion globale de linux. L’origine de linux, son histoire et tous les termes utilisés régulièrement avec linux, ne lui seront plus obscurs, ni étrangers.
Contenu
1- Histoire de Linux (origine et évolution)
2- Linux & le droit
3- les distributions de Linux
Histoire de linux
En Août 1991, Linus Torvald, étudiant à l’université d’Helsinki annonçait dans le « newsgroup » USENET « comp.os.minix » son projet de développer un système d’exploitation utilisant au mieu les fonctionnalités multi-tâches du processeur 386 d’INTEL, un passe-temps sans but commercial .voir la photo du père de Linux
Ouvrons cette petite parenthèse pour noter que d’après les propos des parents de Linus Torvald, c’est en s’amusant régulièrement avec les composants de son ordinateur, que leurs fils tant timide et fainéant presque(excusez moi le terme), a découvert, ce qui fait aujourd’hui la joie des milliers d’âmes de par le monde.
La première version, la version0.01 d’Août 1991, était rudimentaire. Elle ne comportait que quelques sources et devrait être compilée sous Minix.
D’après les propos des collaborateurs de Linux Torvald, cette version si elle était proposée pour vente, personne au monde ne serait intéressée. Cette version a été donc mise en open source sur l’Internet, et en ftp(téléchargeable).
Depuis, des centaines de développeurs, communiquant via Internet, ont aidé Linux Torvald. Un nouveau mode de développement est né.
Aucune organisation ne contrôle le développement de linux, une seule personne est responsable du noyau de linux, c’est Linux Torvald lui même. C’est lui qui décide de la distribution des sources.
En clair, chaque composant du noyau(pilote, systéme de fichiers, gestion de mémoire,…) est sous la responsabilité d’une personne, qui centralise à son tour les développements de centaines de programmeurs et les transmet à Linus Torvald, afin de les intégrer au noyau Linux.
Droit d’utilisation de Linux.
Linux est la propriété de Linux Torvald, et des personnes qui ont contribué à son développement(torvald@transmeta.com) mais le code source aussi bien que le code binaire sont librement et gratuitement distribués selon les termes du GPL(GNU Public Licence) qui stipule que tous les acquéreurs peuvent utiliser et même commercialiser le produit. Cependant, toutes les modifications du produits doivent à leur tour être librement et gratuitement disponibles pour la communauté internationale, ce qui garantit la perpétuité du logiciel libre de droits.
Les distributions de linux
La distribution Linux comprend le noyau, les pilotes, les bibliothèques, les utilitaires d’installation et de post-installation, ainsi qu’un grand nombre de logiciels.
Citons quelques distributions.
Slackware
la première distribution qui a popularisé Linux auprès du grand public. Elle n’a pas connu l’essor auquel elle pouvait prétendre de par sa précocité.
Elle est la première distribution complète de Linux fournit sur CD-ROM.
Red Hat
L’apport principal de Red Hat est sans doute le concept de paquetage. Un paquetage comprend un logiciel, sa documentation ainsi que tous les utilitaires qui en simplifient l’installation, la désinstallation ou la mise à jour, le tout prêt à l’emploi sur un simple clic. Ce concept a du reste, été, repris par d’autres distributions.
Cette distribution est à ma connaissances, celle qui est plus proche du système Windows, surtout de par son environnement graphique.
C’est la distribution qu’utilise le père de Linux, Linus Torvald.
Debian
Debian est une distribution non commerciale de Linux, avec l’objectif d’être de grande qualité, Debian utilise son propre format de paquetage. Le développement de Debian est réalisé, via l’Internet, de la même manière que le noyau Linux.
Su.S.E
Basée sur la distribution Slackware, c’est une distribution d’origine allemande.
Elle possède ses propres outils d’installation et utilise les paquetages de Red Hat.
Mandrake
La distribution Mandrake est basée sur la Red Hat. Elle dispose de son propre outils graphique d’installation.
Caldera
La distribution OpenLinux de Caldera inclut les produit commerciaux :
Nescape FastTrack Web Server , le système de gestion de base de données ADABAS.
Novell Netware.
EasyLinux
C’est la distribution de la société EIT
CorelLinux
C’est la distribution de la société Corel. Elle inclut le logiciel WordPerfect. Elle est basée sur la distribution Debian et utilise l’interface KDE. Elle dispose de son propre outil d’administration.

Trinux
C’est un système Linux qui fonctionne uniquement en mémoire et qui possède des outils d’audit des réseaux.
TurboLinux
C’est une version de linux en cluster, distribuée par la société Turbo Linux. Cette distribution est payante. Elle est destinée à équiper les gros serveurs.
Vous allez certainement me demander pourquoi cette dernière distribution est payante, notons tous simplement que la société Turbo Linux nous a mis devant les faits accomplis.
Aujourd’hui la pluspart des utilisateurs interprètent le terme « free software » comme « logiciel gratuit » en français alors qu’il faut l’interpréter tout simplement comme « logiciel libre ».
D’ autres me demanderons certainement la différence entre les deux termes en français.
Avec un logiciel gratuit, vous pouvez en procurer gratuitement et en faire usage à votre gré, sans rendre de compte à personne. Vous pouvez même développez d’autre produits à partir de ce dernier et garder la propriété privée de ses droits.
Alors qu’avec un produit comme Linux, qui est un système d’exploitation libre, il bien mentionné dans sa licence, que vous pouvez en modifier le code source, mais vous êtes tenus à laisser le produit résultant de votre modification à la disposition de tout le monde.
Une façon de dire que vous perdez en partie vos droits.
Révision : Evalution sur ce chapitre

toutes vos remarques et critiques visant à améliorer la qualité de ce module seront les bienvenues.

GESTION DES COMPTES DU SYSTEME

UTILISATEURS ET GROUPES
Objectif
Après l’étude de ce chapitre, l’apprenant doit pouvoir comprendre les différentes notion utilisées dans ce cours, et faire une gestion des utilisateurs de son système linux.
Contenu
1 - définition des différents concepts utilisés dans le domaine de la gestion des comptes
2- création, modification, et suppression des comptes utilisateurs et des groupes.
3- exercice d’application
Cette notion est sans doute la plus importante, car elle a une influence directe sur toutes les autres concepts que nous allons introduire dans ce chapitre.
Linux est un véritable système Multi-Utilisateurs, et pour pouvoir se connecter à un système GNU/Linux, il faut avoir un compte sur ce système. Lors de l’installation de Linux vous avez la possibilité de créer des utilisateurs pour votre système Linux. (Un autre module de ce site, se consacrera uniquement à ce sujet et nous apprendra à installer Linux).
Notons pour passer à la notion de groupes que chaque utilisateur, pour se connecter au système doit enter son login(nom de connexion) et son password (mot de passe).
Une autre action effectuée parallèlement à l’ajout d’un utilisateur, et la création de groupe. Comme les groupes sont utiles dans le cadre de partage de fichiers entre différents utilisateurs.
Déjà quand nous parlons de groupe, la première idée qui nous viens à l’esprit est son effectif.
Dans l’utilisation de Linux , il n’existe pas de limite à l’effectif d’un groupe. Nous pouvons créer autant d’utilisateurs que nous voulons dans un groupe.
Ne l’oublions pas Linux à son début était comme Unix limité aux universités occidentales(exemple : université de Helsinki).
Nous pouvons donc créer un groupe pour un département, un autre pour les professeurs, et ainsi de suite. L’ inverse est également vrai. Un utilisateur peut membre de plusieurs groupes à la fois, mais la limite étant 32 groupes.
QUELQUES COMMANDES DES GESTIONS DES UTLISATEURS ET DES GROUPES
USERADD , USERMOD , USERDEL : gèrent les comptes utilisateur
CREATION D’un utilisateur : la commande USERADD
Useradd [-c comment][-d home_dir][-e expire_date][-f inactive_time][-g initial_group][-G group][-s shell][-u uid]
Option Description
- c comment Le commentaire
- d home_dir Le repertoire de connection
- e expire_date La date d’expiration du compte
- f inative_time Le nombre de jours au bout duquel un compte est inutilisable, après l’expiration d’un mot de passe.
- g initial_group Le groupe initial, par défaut

Les commandes d’information ou de gestion courantes, utiles en mode commande :
Finger, users, groups, id et su .
Les commandes vipw réalise l’édition du fichier /etc/passwd. Elle en effectue d’abord le verrouillage pour en garantir un usage exclusif.
La commande passwd a plusieurs fonctions pour l’administrateur :
Modifier le mot de passe d’un utilisateur : #passwd Nom_utilisateur
Supprimer le mot de passe d’un utilisateur : # passwd -d Nom_utilisateur
Verrouiller le mot de passe d’un utilisateur : # passwd -l Nom_utilisateur
Déverrouiller le mot de passe d’un utilisateur : # passwd -u Nom_utilisateur
Ou #passwd -d Nom_utilisateur
Ou tout simplement #passwd Nom_utilisateur
QUELQUES EXEMPLES POUR NOUS ECLAIRCER
Visualisons tous les utilisateurs de notre machine, en tapant la commande # users.
Nous devons obtenir un résultat proche de ce qui suit :
Cathy pierre root
Vous aurez par exactement la même liste d’utilisateurs sur votre écran, mais aurez au minimum un simple utilisateur, et un super utilisateur appelé root
Visualisons à présent la liste des groupes d’utilisateurs de votre système. Tapons la commande #groups.
Créons à présent un group pour faire exercice d’application.
#Groupadd -g groupe_exo_application
visualisons à nouveau la liste des groupes d’utilisateurs de notre système pour vérifier le résultat de la création du groupe « groupe_exo_application ».
Lorsque nous avons à créer plusieurs groupes, nous pouvons attribuer des numéros de groupe, à chacun d’eux pour mieux les identifier, donc mieux les gérer.
#groupadd -g 1000 develop
#groupadd -g 1001 compta
#groupadd -g 1002 achats
Les exemples qui précèdent créent des groupes develop, compta et achats avec des numéros de groupes respectifs 1000,1001,1002.
Créeons un utilisateur avec des paramètres spécifiques.
#useradd -u 2000 -s /bin/bash -d /home/test_user -c test_user
Ajoutons notre utilisateur ainsi crée au groupe principal de cet exercice qui est groupe_exo_application.
#usermod -G groupe_exo_application test_user
nous avons aussi la possibilité d’inscrire test_user dans un second groupe(develop) avec la commande #usermod -G develop test_user
pour connaître la liste des groupes dans lesquels notre utilisateur « test_user » s’est inscrit, il nous suffit de taper la commande #groups test_user.
Voici le résultats excomptés :
#test_user : groupe_exo_application develop
nous pouvons à présent supprimer notre utilisateur test_user .
#userdel -r test_user

Revision : Evalution sur ce chapitre

toutes vos remarques et critiques visant à améliorer la qualité de ce module seront les bienvenues.

Oeuvre de Attiogbé Komi CIC Université de Lomé
Contact dekola@aedev.org qui tranmettra