Accueil : Espace formation :

26 novembre 2004 | Imprimer cette page

PROMOTION DES NTIC PAR LES VACANCES UTILES...par Kouma Laurent DEKALIKAN

par Kouma Laurent Dekalikan

S’il ya encore des occasions de rassembler les jeunes scolaires et ceux en formation autour d’un idéal, c’est les NTIC qui détiennent encore le secret, ceci à travers l’organisation des vacances utiles.
Action Enfance et Développement-TOGO (AED-TOGO) dans ses effotrs pour la promotion des NTIC afin de les faire posséder par tous pour son usage et ses intérêts, s’évertue à rassembler les agents des services publics et privés, ajoutés aux jeunes indiqués plus haut. Ceci se fait dans les localités les plus reculées notamment certains chefs lieux de Préfecture d’accès difficile. C’est le cas de La Ville de Tohoun , située à 155 Kms au Nord-Est de Lomé la capitale.La moitié de la voie soit sur une distance de 55 kms est peu pratiquable car il faut au moins 2à 3 heures pour faire ces 55 kms et vous arrivez méconnaissables sous l’effet de la poussière ou de la boue selon les saisons.Le nouvel outil de communication a défié toutes ces conditions pour rendre visite à ces populations par la persévérance de AED-TOGO, avec la grande ambition d’y installer un Télécentre de désenclavement.
Le tout a commencé par une programmation de cette session de formation baptisée :
2004 ETE DES NTIC A TOHOUN
C’est du 05 au 31 Juillet 2004 , que AED-TOGO a organisé ces cours d’initiation à l’outil informatique à Tohoun chef-lieu de la Préfecture du Moyen-Mono. Les locaux de l’Ecole primaire publique de la ville, ont servi de cadre pour ces cours d’initiation à l’outil informatique à l’intention des élèves du Lycée et du CEG et des agents des services administratifs et privés.
Annoncés depuis Mai 2004 par des affiches et des communiqués médiatiques dont la radio rurale de la ville, ces cours ont suscité l’intérêt des bénéficiaires visés .
La formation a connu deux phases dont la première pour les collégiens et lycéens d’un nombre total de 78, pour une durée de deux semaines. La seconde phase a été organisée en faveur des agents des services publics et privés, pour un total de 49 personnes.
Rappelons en même temps que l’effectif pourrait dépasser voir doubler si notre équipe disposait plus que les trois PC .
La localité est encore assez vierge en matière de la connaissance des NTIC ce qui fait qu’ils sont trop nombreux à apprécier l’initiative pour exiger qu’elle se répète ou alors qu’un centre informatique et plus tard Internet soit implanté dans la ville.
Des attestations ont été remises aux participants durant une cérémonie de clôture avec la participation du Préfet de la région qui nous a adressé des mots de félicitation et d’encouragement pour le choix qui est porté sur sa localité pour abriter cette formation. Il a émis le vœux qu’un Centre de formation digne soit ouvert dans sa ville.
En raison de la situation socio économique marquée par une pauvreté excessive des populations , les frais de participation sont de 1,5 euro pour les élèves et de 2 euros pour les autres. Ces frais ont servi à l’organisation et la paye des charges notamment les transports, l’électricité et les perdiems des 03 formateurs.
Nous notons avec regret qu’un écran de 17’’ s’est abîmé en raison des secousses dus à l’état de la route qui nous a ramené sur le chemin du retour.
Au demeurant , nous sommes satisfaits des résultats qui portent sur un taux de 72% d’excellents, 23% d’assez bien et 5% passables.
Nous avons trouvé très nécessaire l’ouverture d’un Centre de formation en informatique et Internet en faveur des jeunes et autres personnes désireuses de posséder de la connaissance et la compétence par l’utilisation des NTIC. C’est un réel vecteur de désenclavement, de développement avec à la clé beaucoup d’opportunités pour les utilisateurs.
Nous lançons un appel à toutes les volontés pour nous aider à mettre en place ledit Centre.
Sur quelle Préfecture portera notre prochain choix et comment faire pour augmenter nos capacités d’intervention ; c’est quelques unes de nos inquiétudes qui sont pour le moment sans réponse.

Kouma Laurent DEKALIKAN