Accueil : A la Une (ne plus utiliser cette rubrique) / choisir MOT CLE - actualit ? dans chaque article :

5 novembre 2004 | Imprimer cette page

Le Bénin face au développement des TIC : par Hugues Coffi AHO

A cette époque de la modernisation, les nouvelles Technologies de l’information et de la Communication constituent l’une des racines principales du développement du monde. Afin de connaître une véritable évolution positive, le Bénin s’engage à contribuer au développement des TIC. Il s’agit là de la détermination et de l’engagement des opérateurs économiques béninois et des membres du gouvernement. La concrétisation du projet Nasuba Wordshop de Christian LAGNIDE ? PDG / LC2, sera l’indice de l’illustration de cet article.

Il n’est plus un secret pour personne que la communication est le vecteur du développement. La modernisation de cette communication de nos jours, a donné naissance aux Nouvelles Technologies de l’informatique et de la communication. La naissance de cette optimisation de la communication n’est rien d’autre que l’engagement des puissances mondiales pour le développement authentique et réel du monde entier en général et des pays pauvres en particulier. Alors, faisant partie des pays pauvres du monde entier, le Bénin va profiter des TIC. Car, tous les opérateurs économiques béninois n’ont plus comme objectif que d’œuvre avec détermination pour la création des cybers-Café, des télé centres, des centres de formation et l’installation de net phones. Un objectif qui se concrétise déjà. Le projet Nasuba Wordshop de Christian LAGNIDE, Pdg de LC2 (TV) es est une preuve tangible. Nasuba Wordshop est une cabine téléphonique à carte . l’appel est aussi international. Sa particularité est que cette carte téléphonique a plusieurs fonctions. Ce qui est miraculeux et semble être impossible est que la même carte Nasuba Wordshop permet également de faire le transfère de l’argent. N’est-ce pas que c’est aussi ça le perfectionnement de la communication ! Mais malheureusement le cabin,es de nasuba Wodshop ne couvrent pas tout Cotonou. Pis, elles ne sont installées que dans la capitale économique du Bénin.
Si des ministres béninois par passion s’inscrivent sur cette liste, il serait alléchant de dire que le gouvernement en place s’engage aussi avec détermination à non seulement développer les Ntic au Bénin mais aussi œuvrer pour l’évolution positive de ce pays du continent noir.
Ce qui est un péché contre la population du Bénin est que la communication dans le pays est chère et la formation dans les NTIC n’est pas développée. L’autre chose qui est déplorable est que les NTIC ne sont pas du tout développées au Bénin. Car, il y a même des communes qui n’ont même pas un seul centre d’informatique avant d’avoir un centre de Cyber. La commune de Grand-Popo est dans ce cas.