Accueil : Internet en Afrique :

17 octobre 2004 | Imprimer cette page

L’informatique pour améliorer la qualité de l’enseignement

L’informatique pour améliorer la qualité de l’enseignement
[12 octobre 2004]

Le partenariat entre les ministères chargés de l’Education et Microsoft va se concrétiser bientôt à travers la formation des formateurs. C’est en substance ce qui ressort du point de presse animé le 7 octobre 2004 à Ouagadougou par le ministre de l’Education, Mathieu Ouédraogo, celui de l’Enseignement technique et professionnel, Youma Zerbo et le coordonnateur du programme éducatif de Microsoft pour l’Afrique de l’Ouest, du Centre et de l’Est, M. Félix Yé et du délégué général à l’informatique.
Dans le cadre du partenariat entre le gouvernement et Microsoft, les deux acteurs veulent désormais passer de la parole à l’acte. Ce partenariat va se concrétiser "d’ici à trois semaines par la formation des formateurs", a annoncé le coordonnateur du programme éducatif de Microsoft pour l’Afrique de l’Ouest, du Centre et de l’Est, M. Félix Yé. De plus, Microsoft s’engage résolument à appliquer une tarification spécifique sur l’ensemble des achats de logiciels du gouvernement destinés à l’éducation.
L’accord "partner in learning" prévoit entre outre une baisse sensible du coût des logiciels pour un usage dans le domaine de l’éducation. Ce coût va chuter de 50 000 FCFA à moins de 5 000 FCFA, a précisé M. Yé. A travers le partenariat, Microsoft mettra également à la disposition des départements chargés de l’Education des logiciels extrêmement puissants comme les class server. Ce qui permettra de gérer efficacement les emplois de temps, les effectifs, les moyennes, etc. A cela s’ajoute la volonté de la compagnie privée et commerciale de doter gratuitement certaines structures de logiciels de type Windows 98, 2000 en vue d’améliorer la qualité et la pertinence du système éducatif. Toute chose qui devra contribuer à accroître et diversifier l’offre éducative tout en relevant le niveau des équipements techniques.
Former des lettrés numériques
Le gouvernement est résolument engagé à développer et à intégrer la culture numérique à l’école. L’objectif à terme est de former des lettrés numériques capables d’utiliser les outils des technologies de l’information et de la communication( TIC). Pour le premier responsable de l’Enseignement de base, Mathieu Ouédraogo, les assises de Ouagadougou des 5 et 6 octobre marquent la volonté du gouvernement de prendre un nouveau départ dans la gestion du secteur de l’éducation : la "e-éducation". Ce nouvel élan entend coordonner toutes les initiatives allant dans le sens des ressources humaines capables de propulser le développement.
De l’avis du ministre Ouédraogo, il s’agit de transformer à terme les départements chargés de l’éducation en ministère du Développement, des Ressources humaines. Cela suppose que les produits du système éducatif soient des lettrés numériques compétitifs et qui gagnent contre l’ignorance à l’intérieur d’un monde globalisé, a-t-il martelé. Car l’éducation affirmera le ministre Mathieu Ouédraogo a un prix. Ce prix, le gouvernement entend le payer par l’élargissement de l’offre éducative publique, le renforcement de la qualité de l’éducation et une meilleure gestion des curricula. Face aux préoccupations des journalistes relatives au problème d’énergie, au coût des logiciels, les conférenciers se sont voulus rassurants. Car tout est une question de politique générale du gouvernement à travers l’élaboration de plans d’action dans divers secteurs.
Source Sidwaya