Accueil : Le développement durable : Commerce équitable :

27 avril 2004 | Imprimer cette page

Définition du commerce équitable

par Guillemette Lauters

Les 4 acteurs internationaux du commerce équitable se sont entendus sur une définition commune en 1999 :

Le Commerce équitable est un partenariat commercial, fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l’objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. Il contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, tout particulièrement au Sud de la planète.

Les organisations du Commerce équitable (soutenues par les consommateurs) s’engagent activement à soutenir les producteurs, à sensibiliser l’opinion et à mener campagne en faveur de changements dans les règles et pratiques du commerce international conventionnel.

« Le commerce équitable a ainsi pour finalité de contribuer à l’établissement des conditions propres à élever le niveau de la protection sociale et environnementale dans les pays en développement. [...] Le commerce équitable ambitionne de créer les conditions du nécessaire rattrapage [en particulier en ce qui concerne les droits fondamentaux des travailleurs] en favorisant sur le terrain une croissance économique saine et durable. Il espère aussi réduire quelques-unes des inégalités apparues pendant les dernières décennies entre les pays industriels et les autres à mesure que les prix des produits de base, notamment agricoles, baissaient en monnaie constante. » [1]

Par ailleurs, la Communauté internationale a reconnu le rôle important du commerce équitable dans le développement des pays plus pauvres. L’Organisation mondiale du commerce (OMC) a conclu que les initiatives dans ce domaine ne constituent pas une entrave à la libéralisation des marchés car elles n’imposent pas de restrictions à l’importation ou d’autre forme de protectionnisme. Elles peuvent donc se concilier avec les principes généraux de l’économie mondiale.

Il convient enfin de noter que le concept du « commerce équitable » n’est pas le même que celui du « commerce éthique ». Le commerce éthique concerne principalement la responsabilité sociale des entreprises et la mise en oeuvre des droits des travailleurs. Sous la pression des consommateurs, les firmes créent des comités d’éthique, adoptent des chartes ou des codes de bonne conduite sociale. Ces entreprises se déclarent ensuite « éthique » (et ce sans réel contrôle indépendant). Cela n’assure pas au consommateur que les producteurs ou les travailleurs reçoivent un prix équitable [2]. Par contre un « commerce équitable » certifié est, par définition, du « commerce éthique » puisque le respect des droits des travailleurs est l’une des conditions pour l’octroi du label.

Voir aussi
- Historique du commerce équitable
- Objectifs et fonctionnement du commerce équitable


Sources : Membres de FINE et la Communication de la Commission Européenne au Conseil sur le « commerce équitable »