Accueil : Femmes, Internet et développement durable :

11 février 2004 | Imprimer cette page

Nations Unies

par Moira FRATTA

Quelques-uns, parmi les nombreux programmes et projets des Nations Unies qui concernent les femmes et les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Tous les programmes NOUVEAU !

Une liste de tous les programmes et projets des Nations Unies sur les femmes et les TIC compilée par INSTRAW

UNIFEM

UNIFEM est le fonds des Nations Unies pour la femme. UNIFEM fournit assistance financiaire et technique aux programmes qui promeuvent les droits de la femme, la participation politique et la sécurité économique. Ses buts principaux sont la promotion de l’égalité de genre et la creation de liens parmi les themes qui concernent les femmes à niveau national, regional et local.

Voyons quelques projets et stratégies réalisés par cette agence :

- En Jordanie, plus de 200 femmes ont suivi un training de 2 mois pour améliorer leurs capacités dans la technologie de l’information, afin d’augmenter leur competitivité dans le marché du travail.
http://www.unifem.org/global_spanner/index.php?f_loc=arab

- En Rwanda, UNIFEM travaille avec le gouvernement pour augmenter l’accès des femmes aux TIC et pour introduire une majeure attention aux femmes dans la politique du pays vers les TIC.
"Trust Fund in Support of Actions to Eliminate Violence against Women"

- UNIFEM a aussi soutenu un forum sur "Le rôle potential actuel des medias dans le renforcement du genre"

- Un des objectifs explicités dans la région Asie-Pacifique est supporter l’accès des femmes aux TIC.
http://www.unifem.org/global_spanner/index.php?f_loc=pacific

UNITES

- UNITES est un programme supporté par UNV (United Nations Volunteers), dont le but est utiliser les nouvelles technologies d’une façon innovante et utile pour le développement humain.
« Une initiative du Secrétaire général de l’ONU, annoncée par lui dans son Rapport du Millénaire, visant à encourager et favoriser le service de volontaires pour fermer la brèche digitale. Il s’agit d’une plateforme d’efforts collectifs utile à tous ceux voulant partager leurs connaissances et leur savoir avec d’autres. L’objectif est d’appuyer les efforts des personnes qui dans les pays en développement travaillent à l’accès aux TIC et à leur application au profit du développement humain. UNITeS tire parti de la plus-value du volontariat et parachève l’effort des initiatives visant la fermeture de la brèche. »

DAW

La Division pour l’avancement des femmes est un des points focaux de coordination et gestion des activités liées aux femmes dans le système des Nations Unies. DAW a géré le Sécretariat des quatre Conférences mondiales des Nations Unies sur les femmes et des Sessions spéciales de l’Assemblée Générale « Woman 2000 : Gender Equality, Development and Peace for the Twenty First Century ».
DAW est aussi responsable de CSW et de CEDAW, et il conduit des recherches et des analyses de genre sur les 12 points fondamentaux de la Plateforme d’Action de Beijing.

Commission sur le Statut des Femmes CSW

La Commission sur le Statut des Femmes a été établie en 1946 pour préparer des recommendations au Conseil Economique et Social sur les droits de la femme dans les secteurs politique, économique, civile, social et de l’éducation.

Convention sur l’élimination de toute forme de discrimination contre les femmes CEDAW

La Convention a été adoptée en 1979 par l’Assemblée Générale des Nations Unies, et est aujourd’hui considérée comme une declaration internationale des droits de la femme. Vous pourrez trouver le texte complet de la Convention dans la section « Documents ».

Comité sur l’elimination de toute forme de discrimination contre la femme

Ce Comité a été établi en 1982, et il est composé par 23 experts qui s’occupent de l’égalité de genre et de la discrimination.
Le mandate du Comité est très spécifique : il contrôle les progrès des femmes dans les pays qui ont adhéré à la Convention du 1979, en ratifiant la Convention même et en acceptant l’obligation d’intervenir concrètement contre la discrimination des femmes. Le Comité contrôle l’implementation des measures nationales visant à satisfaire cette obligation.

Office of the focal point for women in the UN

Ce bureau a la tâche de monitorer le statut des femmes à l’intérieur du Secretariat des Nations Unies. La création de ce bureau est une conséquence des trois conférences sur les femmes (Mexico, Copenhague et Nairobi)et des resolutions de l’Assemblée Générale selon lesquelles les Nations Unies doivent être guide et exemple pour la promotion de l’égalité et de l’avancement féminin, surtout aux hauts niveaux decisionnels.

Bureau du Conseilleur Spécial sur les thèmes de genre et l’avancement féminin OSAGI

Ce bureau a été créé en 1997, et il a le but de promovuoir et renforcer l’implementation de la Declaration du Millenaire, de la Declaration de Beijing et de la Plateforme d’Action de Beijing.

IANWGE

L’Inter-Agency Network on Women and Gender Equality est un réseau de "Gender Focal Points" parmi les différents bureaux, agences spécialisées, fonds et programmes des Nations Unies.
Une des Task-forces de IANWGE est centrée sur « Gender and ICTs »

UNV

Les voluntaires des Nations Unies travaillent depuis longtemps sur l’égalité et le développement pour les femmes. Parmi les autres projets, les UNV ont soutenu cette année le lancement du premier site web d’une mission UN relatif au genre : c’est le « Office of Gender Affaires de l’United Nation Mission in the Democratic Republic of Congo ».
www.monuc.org/gender/

INSTRAW

« L’INSTRAW travaille en faveur de l’égalité des sexes et de l’autonomisation de la femme par le biais de son Service d’échanges et de recherches sur les sexospécificités (GAINS), environnement de recherche et de formation fondé sur l’Internet qui repose sur un réseau mondial. »
Un des projets d’INSTRAW est « Les femmes et les technologies de l’information et de la communication »

ECA

La Commission Economique pour l’Afrique gère plusieurs programmes pour l’avancement des femmes :

- African Centre for Gender and Development
est la seule division régionale « Women in Development » des Nations Unies en Afrique ;

- African Information Society Initiative

L’AISI a développé une initiative très importante pour l’éducation et les activités basées sur l’Internet, l’African Learning Network, qui porte sur trois piliers :

  • TIC dans les écoles, et creation d’une structure régionale SchoolNet Africa lien au site www.schoolnetafrica.net créée pour soutenir les activités de réseau des écoles.
  • VarsityNet, un programme qui établit la connection entre les universités et les institutions de recherche, et qui veut stimuler la production de contenu et d’information.
  • OOSYNET, un réseau pour les jeunes qui a le but de soutenir les besoin du programme Out-Of-School Youth (OOSY), aussi bien à niveau national que regional.

UN

Le Programme des Nations Unies pour le Développement souligne comment « les technologies de l’information et des communications (TIC) peuvent créer des emplois, améliorer l’accès aux services de base, accroître l’efficacité des instances gouvernementales et faciliter le partage de l’information avec la population, notamment les pauvres et les femmes, jusque dans les régions isolées des pays en développement ».

Le PNUD a mis en place plusieurs programmes, par exemple :

  • « Initiative Internet pour l’Afrique », un projet régional dont l’objectif principal est d’appuyer le développement de l’Internet en Afrique. Son but est de mettre en place des services Internet et d’améliorer ceux qui existent déjà dans 10 à 12 pays africains, afin de renforcer le développement économique et social. Les pays bénéficiaires sont : Burkina Faso, Cap-Vert, Gambie, Mauritanie, Namibie, Nigéria, République démocratique du Congo, Sao Tomé-et-Principe, Swaziland, Tchad et Togo.

Le PNUD est aussi co-président du « Groupe d’étude sur les technologies de l’information et des communications »

ESCAP The Economic and Social Commission for Asia and the Pacific

Ce site traite un éventail très ample de thèmes concernant les femmes dans la région de l’Asie et du Pacifique. Son but est de fournir des ressources utiles à tous ceux qui sont intéressés au développement féminin.

Ce Meeting a eu lieu en Bangkpk en 2001. il voulait reviser les initiatives nationales, régionales et globales pour l’accès égalitaire aux TIC selon une perspective de genre, et aussi évaluer comment ces initiatives ont été mises en place en forme de politiques sexospécifiques dans la région Asie-Pacifique.

FAO

L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture a développé une Stratégie d’action sur le rôle de l’information pour l’égalité des chances et la sécurité alimentaire.

Selon cette Stratégie l’effet des TIC n’est pas toujours positif : « La capacité d’échange, de mobilisation et d’ouverture offerte par les technologies de l’information profite peu aux femmes, surtout dans les pays en développement. Parmi les nombreuses raisons, citons : le manque de formation à l’utilisation de ces technologies ; la faiblesse des effectifs féminins dans les médias ; l’isolement physique, social et moral des femmes ; l’absence d’infrastructures ; et les ressources financières limitées. L’image de la femme véhiculée par les médias se limite le plus souvent à leur rôle traditionnel de reproduction. Elle est réductrice et l’effet est souvent négatif, surtout dans les messages publicitaires et commerciaux.

Pourtant, les progrès technologiques dans le domaine de l’information et de la communication pourraient donner lieu à des actions, qui seraient un vecteur de promotion et de renforcement du pouvoir des femmes (mise enoeuvre de campagnes d’information, création de réseaux interactifs de communication, diffusion de la formation à distance, etc.).

Au regard de cette situation et sachant que l’information est un outil de décision, un mode de renforcement du pouvoir et un moyen de négociation, il est urgent et possible d’approfondir les connaissances sur les apports économiques et sociaux des hommes et des femmes, sur leurs rôles respectifs et sur leurs interactions. Actuellement ces données sont partielles et illustrent insuffisamment les effets des nouvelles tendances de la société sur les stratégies régissant les modes et moyens d’existence des populations. En étroite collaboration avec les populations rurales, les gouvernements devraient être en mesure de collecter ces informations, de les analyser et de les valider pour, d’une part, arrêter les priorités de développement et, d’autre part, prendre les décisions d’investissement et d’action. »
www.fao.org/sd/2003/PE07013_fr.htm

UNICEF

Quelques-uns des principles-clefs de l’UNICEF sur l’usage des TIC pour l’éducation :

  • Les TIC sont un moten et pas un but en elles-mêmes.
  • Une défi très importante est trouver la forme d’éducation à distance la plus appropriée, par exemple les cédérom se sont révélés un moyen très utile dans les Philippines.

Il y a aussi une Unité Genre et Développement, qui travaille pour promouvoir des politiques sur l’égalité entre hommes et femmes à travers le « gender mainstreaming » .

UNFPA

Des projets soutenus par UNFPA :

  • En Amérique latine le UNFPA supporte le réseau d’information Fempresse. Ce réseau a sa base en Chile et des correspondants dans quatorze pays de l’Améroque Latine, et son but principal est augmenter la conscience de genre comme composante fondamentale de la démocratisation et du développement. Accessible aussi sur la Toile www.fempresse.cl
  • En Mauritanie, UNFPA supporte une radio spécialisée sur des thèmes féminins, et sur la situation des femmes dans le pays. Cette radio est administrée par le Secrétariat d’Etat sur les Conditions des Femmes. http://www.unfpa.org/intercenter/beijing/media.htm

UNESCO

« Une sous-représentation des femmes au niveau décisionnel dans le domaine médiatique, révèle à la fois un symptôme et une cause de l’inégalité entre les sexes et une forme de discrimination envers les femmes.

Ceci atteste d’un fossé significatif et s’oppose à la vision de l’UNESCO qui conçoit le domaine des communications comme étant une force motrice dans la promotion des femmes et leur participation au développement dans un contexte de paix et d’égalité.

Les objectifs stratégiques de l’UNESCO dans le domaine de l’information, des communications et des médias sont :

  • Promouvoir l’échange d’idées et l’accès universel à l’information ;
  • Promouvoir l’expression du pluralisme et de la diversité culturelle dans les médias et les réseaux mondiaux d’informations ;
  • Promouvoir l’accès à l’information et aux technologies des communications, particulièrement dans le domaine public.

Les efforts de l’UNESCO dans la promotion de l’égalité des genres dans le domaine des communications et des médias s’effectuent selon deux axes :

1. Accroître la participation et l’accès des femmes aux moyens d’expression et aux niveaux décisionnels au sein et par les médias et les nouvelles technologies ;

2. Promouvoir, dans les médias, un portrait de la femmme exempt de stéréotypes. »

Le Programme de l’UNESCO sur les Femmes et les médias

« Ce programme cherche à accroître les compétences professionnelles des femmes travaillant dans les médias, à favoriser une représentation équilibrée des femmes dans les médias, et à augmenter leur participation et accès à l’expression, ainsi qu’à la prise de décision dans et à travers les médias et en utilisant les NTIC. »

Et voilà, copiée du site Internet de l’UNESCO une selection de projets les plus intéressants de l’UNESCO à propos de femmes et nouvelles technologies :

  • « Un projet de l’UNESCO s’empare du prix pour le genre et les TIC

Le projet de l’UNESCO "Nabanna : établir un réseau entre les femmes rurales et la connaissance"a été déclaré gagnant du prix pour le genre et les TIC pour l’année 2003 sponsorisé par Global Knowledge Partnership (GKP) et APC Women’s Networking Support Program (WNSP), dans la catégorie "Individu hors-pair/initiative basée sur la communauté, Soutien/création de réseau."

  • Formation des femmes journalistes des médias arabes Un atelier conjoint UNESCO/ Union Européenne débute sur les techniques avancées de publication par ordinateur à Amman, en Jordanie. Cet atelier de deux semaines, part intégrante du projet UNESCO/ Union Européenne de "Promotion de médias arabes indépendants et pluralistes " vise à contribuer à accroître les compétences professionnelles des femmes journalistes dans les médias arabes.
  • Un atelier de travail UNESCO/UE sur la gestion des petites entreprises de presse « Octroyez à la gestion de vos publications la même importance que celle que vous donnez au contenu que vous proposez à vos lecteurs » : tel fut le principal message de Rosemaria Durand, Directrice du bureau de l’UNESCO à Rabat, au Maroc, hier, lors de l’ouverture de l’atelier de travail UNESCO/UE sur la gestion des petites entreprises de presse au sein de la capitale marocaine.
  • Des femmes établissent un réseau radio câblé dans un village indien C’est à 150 kilomètres au nord de la plateforme TIC de Bangalore que se trouve Budhikote, un petit village où un groupe de 36 femmes a décidé d’acquérir ses propres outils en matière de technologies de l’information.
  • La radio des femmes afghanes commence à émettre "La voix des femmes afghanes", la première radio de Kaboul gérée par des femmes, émet désormais officiellement. La station, que l’on peut capter sur une fréquence de 91.6MHz FM avec une puissance de 600 watts, est dirigée par la "Voix des femmes afghanes dans les médias du monde" (VAWGM), une ONG nationale. Elle a été mise en place avec le soutien financier de l’UNESCO.
  • "Effat". L’initiative sans précédent d’un magazine sur les provinces afghanes destiné aux femmes. Les femmes afghanes vivant dans les villes et les zones rurales hors de Kaboul peuvent désormais exprimer leurs idées et leurs préoccupations, les partager et en discuter au moyen d’ « Effat », un nouveau mensuel dédié aux femmes n’habitant pas la capitale. « Effat » est produit par « La voix des femmes afghanes dans les médias du monde », un réseau de femmes afghanes journalistes professionnelles qui s’est constitué avec l’aide de l’UNESCO après la chute des Talibans.
  • Un projet destiné a changer les préjugés à l’égard des femmes au Pakistan Depuis quatre ans, une initiative novatrice étudie la façon dont les femmes sont représentées dans les médias et tente de développer une approche plus juste et positive déclare le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement).
  • Un centre de formation en ligne pour les femmes en République de Corée Un nouveau centre d’apprentissage par Internet intitulé « Centre d’apprentissage en ligne pour les femmes (OLC) » a désormais été créé à Séoul, en République de Corée. La première étape de la mise en œuvre de l’OLC vise à favoriser l’accès des femmes aux technologies de l’information et de la communication. Le but final d’OLC est de promouvoir une plus grande égalité entre les sexes au moyen de l’informatique dans une société de l’information basée sur l’acquisition du savoir. »