Accueil : Editorial :

4 avril 2003 | Imprimer cette page

ANNIVERSAIRE : LE 7 AVRIL 1803 MOURAIT TOUSSAINT LOUVERTURE

par Danielle Beaugendre


Cet ancien esclave de l’île de Saint Domingue avait pris la tête de la révolte menée contre Bonaparte qui venait de rétablir l’esclavage. Fait prisonnier par traîtrise, le 7 juin 1802, déporté au Fort de Joux, près de Pontarlier (Jura), il y meurt quelques mois plus tard.Il doit son nom à ce qu’il ouvrait bravement les rangs groupés de ses adversaires. Ou encore parce qu’il promettait aux esclaves "d’ouvrir" un monde meilleur. Trois pays aujourd’hui se disputent sa nationalité : le Bénin, où il est né, Haïti, et la France, qui va enfin honorer sa mémoire.
Rappel de cette histoire méconnue.

- 26 août 1789 : "les hommes naissent libres et égaux en droits" proclame la Déclaration des Droits de l’Homme et des Citoyens.

La Révolution française est en marche. Pourtant bien loin des Parisiens qui viennent de prendre la Bastille, des Constituants qui mettent en place la première Constitution de l’Histoire de France, les colonies françaises des Caraïbes ont parfaitement perçu ce message novateur.
Saint-Domingue est l’une des principales colonies françaises, elle est peuplée de 500.000 esclaves, et seulement 30.000 Blancs. Dans la nuit du 22 au 23 août 1791 les esclaves se révoltent. Leur objectif : abolir l’esclavage, la traite négrière, et le système colonial.

- La rébellion entraîna la participation de plus de 100.000 esclaves, et prit un tour décisif grâce à l’intervention de Toussaint Louverture.

Né esclave, il a été affranchi, et n’a rejoint les insurgés qu’en 1793. Rapidement, il organise la rébellion, crée une véritable armée révolutionnaire. Le 29 août 1793, la partie est gagnée : les commissaires civils décrètent l’émancipation des esclaves. A Paris, la Convention, par la loi du 16 pluviôse an II (4 février 1794) confirme et généralise l’abolition.

- C’était sans compter sur Bonaparte et le retour de la bourgeoisie au pouvoir.

Il est Premier consul depuis le coup d’état du 11 brumaire (novembre 1799). Pressé par ses ministres, par son clan familial, il projette dès décembre, de remettre en place le système colonial. En 1801, tout est prêt : de Brest, Lorient, Nantes, Rochefort, le Havre, Toulon, partent des flottes transportant 65.000 à 70.000 hommes. Plus de 55.000 d’entre eux allaient périr.

- Prévenus par les Anglais, les habitants de Saint-Domingue, mais aussi de la Guadeloupe s’organisent.

Les insurgés Avec à leur tête Toussaint Louverture, opposèrent aux troupes françaises une véritable guérilla, avec des embuscades et des manœuvres rapides. A la faveur d’une trève, le général Leclerc, beau-frère de Bonaparte, convie Toussaint Louverture à conférer. C’est une ruse : le chef des insurgés est fait prisonnier.

- Il est emmené en France, avec sa famille, sur le vaisseau "Le Héros".

Enfermé au fort de Joux, dans le Jura, l’un des endroits les plus froids de France, il est mis au secret, privé de procès, soumis à un régime pénitentiaire inhumain. On le trouve mort dans sa cellule le 7 avril 1803.
Après son arrestation, ses lieutenants continuèrent de résister à l’armée du consulat. Leclerc mourut de la fièvre jaune, les troupes françaises commandées par Rochambeau furent taillées en pièces par l’armée indigène. Le 1er janvier 1804, Haïti proclama son indépendance.

"En me renversant, on n’a abattu que le tronc de l’arbre de la liberté des Noirs ; il repoussera par les racines, parce qu’elles sont nombreuses et profondes." Toussaint Louverture.

Visitez le site de la commune d’ALLADA où naquit Toussaint Louverture.