Accueil : Internet en Afrique :

18 janvier 2003 | Imprimer cette page

ORIDEV participe au dynamisme des nouvelles technologies dans la société civile béninoise

Ken LohentoCréée fin 1998 par Ken Lohento, l’association ORIDEV participe activement au développement des nouvelles technologies au Bénin. Cette structure jeune (la moyenne d’âge y est de 27 ans) est composée d’une quinzaine de membres actifs et de plusieurs sympathisants qui permettent de disposer d’une force de travail de plus de 20 personnes lors des actions ponctuelles de l’association.

ORIDEV mène des actions dans le domaine de la formation, que ce soit la formation à l’informatique de manière générale ou à l’Internet en particulier, ainsi que dans le domaine de la sensibilisation à travers un bulletin d’informations, des conférences et la participation à la fête de l’Internet au Bénin.

Cette association gère également un télécentre à but non lucratif à destination des jeunes et étudiants de la capitale qui pratique des tarifs parmi les plus bas du marché : 300 francs CFA de l’heure [1].

Selon Ken Lohento, il existe un grand dynamisme de la société civile au Bénin en ce qui concerne les NTIC. Il existe en effet de nombreux télécentres, privés ou à but non lucratifs, et cela malgré de nombreuses difficultés et l’absence d’une coordination nationale sur le sujet. Cependant, quelques projets gouvernementaux ont vu le jour récemment telles une campagne de formation de gestionnaires de télécentres et la mise en place d’une Agence Nationales des NTIC et d’un ministère de la communication et des TIC.

Par ailleurs, l’état Béninois, au travers de l’OPT (opérateur télécom national) a actuellement une emprise totale sur les liaisons filaires [2] mais une privatisation de l’OPT devrait être opérée prochainement. Il faut espérer que cette libéralisation du marché sera gérée dans l’intérêt des Béninois et amènera une démocratisation de l’accès à Internet. Actuellement, le coût d’une connexion à domicile est prohibitif pour la grand majorité des Béninois [3], qui se replient donc en masse sur les télécentres.

Ken Lohento poursuit actuellement ses études en France (DEA Information et Communication à l’Université de Nanterre) et travaille à distance pour l’association en collaboration avec les autres responsables et le coordonnateur d’ORIDEV, Franck Codjia, qui eux sont sur le terrain. Il travaille également avec d’autres associations, telle l’association Iafric, qui s’interesse aux TIC et au développement en Afrique.

Très modeste lorsqu’il évoque le bilan pourtant impressionnant de l’association qu’il a créée, Ken Lohento souhaite poursuivre les activités d’ORIDEV dans la mesure des moyens mis à sa disposition : « nous allons continuer jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de besoins ! »

Visiter le site de l’association ORIDEV…

Voir des extraits vidéo de l’interview de Ken Lohento [4] :

Sur les axes de travail de l’association ORIDEV :
Real Player : haut débit ou bas débit
Windows Média Player : haut débit ou bas débit

Sur les enjeux du développement des nouvelles technologies en Afrique :
Real Player : haut débit ou bas débit
Windows Média Player : haut débit ou bas débit


[1300 francs CFA équivalent à environ 50 centimes d’euro.

[2Il existe des fournisseurs d’accès privés, tels FirstNet, mais leur connexion passe par le nœud principal géré par l’OPT. En revanche, les fournisseurs d’accès par ondes radios ou satellite ne sont pas du tout contrôlés par l’état.

[3FirstNet, par exemple, qui est pourtant un des fournisseurs d’accès les moins chers, propose un accès Internet à 7500 francs CFA par mois, auquel il faut ajouter les coûts de communication téléphoniques. Or, le SMIC au Bénin est d’environ 25000 francs CFA !

[4Vidéos réalisées par Stéphane Siramy