Accueil : Télécentres et cybercafé :

30 août 2002 | Imprimer cette page

Une journée dans un Cybercafé à Porto-Novo (Bénin)

Situé sur le boulevard extérieur, à environ 3 km à l’entrée de la ville, le Cyber Noé a une capacité de 9 machines dont 8 pour les internautes et une pour le serveur. Ce centre dispose aussi deux cabines téléphoniques, d’une photocopieuse, d’un scanner et d’une imprimante. La connexion est par ligne téléphonique.

Nous avons abordé certains clients pour recueillir leur impression et aussi prendre connaissance de l’ampleur et de la place qu’occupe l’Internet aujourd’hui dans la vie de l’homme.

D’après nos questions posées au gérant, il nous confirme que la tranche d’age de ses internautes est de 12-50 ans. Il faut noté un grand nombre de jeunes élèves et étudiants de la ville. C’est un centre où l’accueil y règne.

Concernant les internautes nous avons pu en rencontrer quelque uns. Achille est élève dans un collège de la place

- Cojede : Bonjour Mr comment allez vous ? Nous sommes une association de jeunes étudiants intervenant dans le domaine des NTIC. Nous avons quelques question à vous poser. Pouvons nous savoir comment vous avez découvert Internet ?

- Achille : Je vous remercie pour votre dévouement et votre motivation. J’ai connu au fait l’outil Internet par curiosité. Un jour alors que je sortais des cours vers 18h je vie un grand nombre de personnes entassé dans le cyber et des ordinateurs allumés. Je me suis dit qu’est ce qui se passe dans cette salle. Donc par curiosité je me suis porté vers la salle et j’ai vu ce qu’il y a. J’ai demandé à un Mr qui travaillait à quoi ceci servait. Il m’expliqua avec gentillesse quelques atouts de l’outil. Le lendemain je me suis porté vers ce centre pour faire mes premiers pas. Ceci n’a pas été car je ne connaissais rien en la matière. Un autre jour je suis parti et je me suis fait assister par un Mr qui travaillait dans le cyber. Aujourd’hui je suis bien rodé et je compte même faire mes études supérieures dans cette filière.

- Cojede : Merci, connaissez vous d’autres cybers à Porto-Novo ?

- Achille : Oui, je connais le centre Songhaï, le Cyber espace, la Bibliothèque Nationale.

- Cojede : Qu’est ce qui vous a amené vers ces cybers ?

- Achille : La soif de trouver un poste disponible en même temps et de travailler.

- Cojede : En ce qui concerne le travail, que faites vous quand vous allez naviguer ?

- Achille : Je consulte d’abord ma boite aux lettres, je réponds à mes correspondants, puis si j’ai encore du temps je fais un saut sur les sites de correspondances.

- Cojede : Saviez-vous que vous pouvez accéder aux plus grandes bibliothèques du monde, aux plus grandes écoles et autres ?

- Achille : Si, mais une question de sous. Vous savez il faut au moins deux à trois heures pour faire ces recherches et obtenir réellement ce que l’on veut. Ma bourse et en général celle des élèves ne leur permet pas de payer 1.000/heure et de faire jusqu’à 3 heures.

- Cojede : Que conseillerez vous alors ?

- Achille : Comme votre association plaide pour la promotion des NTIC, vous pouvez vous battre pour l’ouverture d’un tel centre avec des prix relativement bas pouvant permettre à un grand nombre de jeunes surtout les élèves et étudiants d’accéder à cet outil que nous jugeons très indispensable.

- Cojede : Nous vous remercions pour votre disponibilité.

Après ce entretien avec Achille, nous nous sommes approchés d’un autre Monsieur qui se nomme Roger. Ce dernier est un novice en la matière et souhaiterais bien suivre une formation afin de maîtriser les contours de l’Internet. Signalons ici que les filles s’adonnent aussi à la chose.

Après ces questions aux internautes, nous nous sommes portés vers le gérant pour lui demander les contraintes auxquelles il est confronté. Il nous répond qu’il n’y a pas de problèmes majeurs. Il fait face souvent aux caprices de certains clients qui n’ont aucune notion en Informatique et en Internet. Il s’inquiète aussi de l’ouverture prochaine de 4 nouveaux cybers dans la zone.