Accueil : Télécentres et cybercafé :

7 octobre 2002 | Imprimer cette page

A la recherche d’un cybercafé russe

par Franck Gaillard

MOSCOU

image 200 x 135Arrivé à Moscou, vous imaginez bien que je ne pouvais rien faire d’autre que partir immédiatement à la recherche du cybercafé le plus proche.
Et quand on découvre l’alphabet russe... c’est pas simple.

image 200 x 135Bref, je me rends vers la place rouge et je trouve une galerie marchande nommée "arotniryad" où, paraît-il, se trouve LE cyber café de Moscou.
Après m’être plusieurs fois perdu dans ce dédale de magasins semblable aux grands centres parisiens, je trouve enfin le "timeonline".
Leur site sur le net : www.timeonline.ru

image 200 x 136L’accueil est magnifique et je vous laisse découvrir les PC...
Tous les PC sont des bêtes de course avec connexion ADSL, et tout le reste.
Avec mes préjugés, j’étais loin de m’attendre à ça.
Et quand la serveuse est venue me proposer un coca cola, je me suis dit que la Russie avait vraiment changé...

Tout est possible ici : scanner, copier, imprimer, graver, filmer avec une caméra numérique...
Même la téléphonie mobile y est proposée. Bref, c’est le bonheur.

Cependant, la connexion à plus de 2 € l’heure n’est pas à la portée de tous les Russes.
On ne trouve ici que les plus fortunés d’entre eux.

SAINT-PETERSBOURG

image 100 x 149Plus tard encore, lorsque je me rends à St-Petersbourg (600 km au Nord de Moscou), même souci : où trouver le cybercafé local ?

Mais là les russes sont plus prompt à parler en anglais...
L’habitude des touristes sans doute.

Dans un premier temps ce fut donc assez simple puisque le Musée de l’Ermitage propose un cybercafé lui aussi à la pointe du progrès.

Les PC placés en cercle sur des tables modulaires étaient flambants neufs !


image 200 x 136

J’ai donc sauté sur l’occasion pour me connecter.
Même si j’étais plutôt venu là pour admirer des antiquités.

Là aussi, Coca Cola était bien implanté et la connexion ADSL ne faisait pas défaut.

Comme c’était agréable ! J’en avais presque oublié le Musée...

Un petit tour sur leur site local, un petit tour sur aedev, quelques mails à la famille et aux amis...

image 200 x 136Evidemment, je ne pouvais pas me permettre d’aller au Musée à chaque connexion. Je suis donc parti en quête d’un cybercafé plus "ouvert".

Et là... j’ai eu plus de mal. Quelle aventure !

Après avoir traversé quelques quartiers "chaud", croisé plusieurs carcasses de voitures et un type un peu ivre,... enfin le Graal !

Ou plutôt TETRIS (c’est le nom du cybercafé de St-Petersbourg).

image 200 x 134Dans un cadre plutôt "familial" on peut accéder à cinq PC répartis entre plusieurs pièces.

Cela dit les prix sont toujours élevés et il n’y a pas foule...

Pour conclure, l’accès au net est encore très coûteux pour nos amis russes. De plus, les réseaux de télécommunication ont grand besoin d’être rénovés.

Aussi, les particuliers qui se connectent depuis leur domicile sont assez rares. Ce qui n’empêche pas les hackers russes de faire déjà parler d’eux...

Consulter une liste des cybercafés russes (en anglais) >>