Accueil : Le développement durable : Environnement :

14 octobre 2002 | Imprimer cette page

Pro-Natura ou comment créer du charbon sans bois

par Alain Beaugendre

Pour répondre aux besoins d’énergie domestique des centaines de millions de gens ont recours au charbon de bois. Même dans les villes, le charbon de bois demeure une source essentielle pour la cuisson des aliments. L’usage du gaz y revient en effet plus cher et l’achat de recharges immobilise un capital. Cet usage intensif du bois comme combustible participe au phénomène de déforestation qui augmente dramatiquement la sécheresse et la désertification, dans le Sahel particulièrement.

Désormais on peut obtenir du charbon en grande quantité à partir de tout déchet végétal. C’est ce que réussit à faire Pro-Natura International (une ONG d’origine brésilienne - voir ci dessous) qui a reçu cette année un premier prix ex-aequo de la fondation Altran pour l’innovation.

Deux unités pilotes de pyrolyse, montées au Sénégal par cette association, débitent chacune 140 kg de charbon de biomasse à l’heure. Toutes sortes de déchets végétaux qui ne sont consommés ni par les animaux ni valorisés d’une autre façon peuvent servir pour fabriquer ce combustible bon marché : pailles diverses, restes de cultures tels les tiges de coton, de mil, de roseau etc.

Ce charbon vert se présente sous forme de briquettes faciles à employer et ne dégageant pas de fumées. A pouvoir calorifique égal il coûterait moitié moins cher que le charbon de bois classique. [1]

Créée en 1986 au Brésil, Pro-Natura est une organisation non-gouvernementale spécialisé dans le développement durable. En 1992, à la suite de la Conférence de Rio, Pro-Natura est une des premières associations de l’hémisphère sud à s’internationaliser. Aujourd’hui c’est une organisation globale constituée de deux pôles principaux : l’Institut Pro-Natura au Brésil, responsable des Amériques et Pro-Natura International en France, responsable de l’Europe de l’Afrique et de l’Asie.

Pour plus d’informations, visitez leur site internet.


[1Source : Economia, n°22-23, Aout-Septembre 2002