Accueil : Internet en Afrique :

1er novembre 2008 | Imprimer cette page

Cameroun : Ntic - Lancement du e-School à Bafia

par Denis Rakotonoera

Un serveur, 25 ordinateurs et une connexion internet. Voilà la capacité du centre multimédia ouvert hier à Bafia. Pas un centre comme il en existe déjà 19 dans le pays. Il s’agit plutôt du fruit de "l’initiative e-Schools du Nepad". (Le Quotidien Mutations (Yaoundé) par Parfait Tabapsi)

Le Quotidien Mutations (Yaoundé)

ACTUALITéS
30 Octobre 2008
Publié sur le web le 30 Octobre 2008

By Parfait Tabapsi

Un projet né de la volonté des chefs d’Etat africains et qui vise à "développer et mettre en oeuvre un programme majeur d’intégration des Tic dans les systèmes éducatifs africains", comme on l’explique du côté du Nouveau partenariat africain pour le développement économique (Nepad).

Plus concrètement, "c’est un projet qui se déroulera en trois phases comprenant à chaque fois 15 à 20 pays avec six écoles concernées", a dit Bertrand Bille de Microsoft Afrique, partenaire de l’opération. Avec à l’horizon 2015 plus de 500.000 lycéens africains concernés.

Car l’objectif avoué est d’améliorer la qualité et l’efficacité des systèmes éducatifs (enseignement et apprentissage), et de réduire la facture numérique. Un objectif qui n’est pas sans rappeler le sommet mondial sur la société de l’information tenu en décembre 2005 à Tunis et qui reconnaissait déjà l’importance du renforcement des capacités individuelles dans le domaine des Technologies de l’information et de la communication (Tic) pour l’éducation en vue de l’édification de la "société du savoir".

Outre le Lycée classique de Bafia, le projet prévoit cinq autres centres sur l’étendue du territoire : les lycées bilingues de Buea et Kribi, le lycée classique d’Edéa et les lycées techniques de Bamenda et de Mbalmayo.

Et pour doter ces jeunes élèves de compétences leur permettant de manière efficace d’accéder à la société de l’information, Microsoft a doté ces établissements de logiciels et de supports pour l’accompagnement comme le personnel devant doter les enseignants en matières de connaissances en Tic qui à leur tour formeront les élèves. Car si la commission e-Afrique du Nepad est chargée de la mise en Å"uvre du projet, des partenaires techniques et financiers ainsi que le secteur privé ont été mis à contribution (Microsoft, Amd, Cisco, Hp e Oracle).

Au Minesec, on estime que "nous sommes là dans une phase pilote" pour reprendre le propos de l’inspecteur de pédagogie Paul Martin Lolo. Puisqu’il n’est pas exclu qu’à l’issue de cette première phase une analyse des commentaires et leçons tirées et relatives aux contenus de formation, aux avantages de l’initiative permettra "un élargissement à d’autres établissements scolaires", a dit le ministre Maïgari Bello Bouba des Postes et Télécommunications.

L’espoir du Nepad étant d’équiper et de mettre en réseau "plus de 600.000 établissements scolaires à travers le continent à l’horizon 2015". De cela, les élèves de Bafia semblent n’en avoir point cure. Eux qui se sont jetés sur les ordinateurs à l’issue de la coupure du ruban avec une faim visible. Avec l’espoir que l’aubaine "durera toute une éternité" comme l’a dit l’un d’eux.