Accueil : Le développement durable : Politique, droits de l’ homme :

23 juillet 2006 | Imprimer cette page

L’ agriculture africaine écrasée par les pays riches.

par DE VARGAS CHARLENE

Pendant que le FMI impose ses normes néolibérales aux économies des pays émergents, les pays riches continuent à subventionner leurs exportations.

Les importantes subventions que les pays riches accordent à leurs agricultures nuisent aux pays en développement. Les agriculteurs des pays occidentaux peuvent inonder le marché de leurs produits et les vendre à un prix inférieur au coût de production , puisque l’état leur paie la différence. Quant aux paysans des pays pauvres, ils sont incapables de soutenir la concurrence, ce qui leur ferme l’accès aux marchés internationaux et empêche l’économie de leur pays de prospérer.

Or la banque mondiale révèle qu’ en accédant aux marchés riches les pays en développement pourraient gagner quelque 150 millions de dollars par an. Selon l’Organisation mondiale du commerce, les pays riches ont versé 57 milliards de dollars au titre de l’aide au développement en 2001, mais ils ont fourni dans le même temps plus de 350 milliards à leurs propres agriculteurs. Oxfam International , un groupe de douze agences de développement qui cherche des solutions pour combattre la pauvreté, rappelle que de nombreux pays pauvres se sont laissés convaincre par les organismes de prêt internationaux de s’ouvrir au commerce extérieur alors que les pays les plus riches ont refusés. Le Fmi a exercé des pressions sur les pays d’Afrique pour qu’ils libéralisent leur économie par des mesures telles que la réduction des stocks de céréales , le démantèlement des offices de commercialisation et la suppression des subventions agricoles . Et que s’est il passé ? La production de céréales s’est effondrée parce que les pays agriculteurs ne bénéficiaient plus de prix garantis, et le prix de denrées de base comme le mais s’est envolé parce qu’ils ne pouvaient plus payer les engrais et les intrants agricoles. Pendant ce temps, les pays riches ont continué de subventionner leur agriculture.

L’occident commence à se rendre compte des préjudices causés par les subventions et par les barrières commerciales. Au dernier sommet mondial sur le développement, les débats ont fait rage sur la litigieuse question des subventions agricoles, opposant les nations en développement à leurs riches homologues.