Accueil : Le développement durable : Traitements des Déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) et Green IT :

27 mai 2006 | Imprimer cette page

Les travaux du Club de Rome... plus que jamais d’actualité

par Alexis Berger

Le Club de Rome est une organisation associative non politique fondée en 1968. Elle regroupe des scientifiques, des humanistes et des économistes de 53 pays. Son objectif est de chercher des solutions aux problèmes globaux et sociétaux. Plus de détails concernant le Club de Rome sur wikipédia.

Le principal travail réalisé par le Club de Rome est le Rapport Meadows dont un résumé est disponible en anglais sur le site du Club de Rome. Ce rapport dont le titre original est « The limits of growth » (Les limites de la croissance) a comme conclusion majeure que la croissance matérielle perpétuelle et exponentielle conduira tôt ou tard à « l’effondrement » du monde tel qu’il est.

L’analyse proposée par le Mouvement sociétal révèle clairement comment le Club de Rome est arrivé à cette conclusion. Elle montre comment l’association a confronté les boucles positives économiques qui ont des perspectives exponentielles aux boucles négatives induites par le développement, c’est à dire la pollution, l’évolution des ressources naturelles et la famine. Ce qui est marquant dans cette analyse c’est l’importance de l’incertitude, notamment démographique. En effet, l’effondrement économique annoncé dépendra fortement de l’évolution de la population mondiale, de son mode consommation et de ses techniques de production.

Jean-Marc Jancovici donne un point de vue intéressant concernant les interprétations souvent erronées du travail du Club de Rome. Il conclut qu’on ne peut pas donner tort ou raison aux résultats du rapport Meadows mais que les tendances annoncées sont aujourd’hui vérifiables et que ces « prédictions » pessimistes gardent tout leur sens.

Pour faire face à la prospective du rapport Meadows annonçant un désastre économique, le Club de Rome a publié en 1995 un rapport intitulé « Facteur 4 » écrit par Ernst Ulrich von Weizsäcker, Armory Lovins et Hunter Lovins. Les points clés de ce rapport sont disponibles sur le site de générations futures. Le principe du facteur 4 c’est d’arriver à avoir deux fois plus de performance avec deux fois moins de matière. Pour cela diverses solutions sont proposées pour dématérialiser l’économie.

D’autres informations méritent d’êtres consultées pour mieux comprendre les travaux du club de Rome et les courants de pensées qui en sont issus :

- http://fr.wikipedia.org/wiki/Rapport_Meadows : Cet article de wikipédia offre un résumé engagé et alarmiste sur la situation. Il se base sur le rapport Meadows et d’autres travaux. Son auteur ne propose que la décroissance comme solution.

- http://agora.qc.ca/reftext.nsf/Documents/Croissance—Le_Club_de_Rome_par_Maurice_Lamontagne : Cette interview de Maurice Lamontagne membre du Club de Rome est réalisée en 1974 et reste d’actualité. Monsieur Lamontagne propose une analyse sociale du phénomène de croissance exponentielle. Il s’interroge également sur l’efficacité du système institutionnel. Il prône une croissance sur des bases plus qualitatives.

- http://users.skynet.be/idd/documents/Facteur4.pdf : Ce document réalisé par l’organisation Belge IDD, Institut pour un Développement Durable, est une présentation d’exemples concrets de productivité des ressources basée sur le « Facteur4 ».

- http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/fich04-dematerialisation.pdf : Le ministère de l’écologie et du développement durable propose dans cette fiche, une synthèse sur la dématérialisation de l’économie. Sa position est favorable à la mise en place d’outils, de mesure tel que l’empreinte écologique, et d’action comme la productivité de matière par l’analyse du cycle de vie.

- http://www.alternatives-economiques.fr/site/221_004.html : Alternatives économiques propose dans cet article de confronter deux idéaux : celui du développement durable et celui de la décroissance soutenable. Le point de vue objectif adopté fait émerger les atouts mais surtout les aspects utopiques de chaque courant.