Accueil : Qui sommes-nous ? : Stagiaires :

30 mars 2006 | Imprimer cette page

Experience d’e-stage au sein d’AEDEV

En tant qu’étudiant, il nous est généralement demandé d’avoir une « expérience » de travail par l’intermédiaire de stages en entreprises. Dans une filière comme l’histoire, spécialisation action internationale, on nous propose d’effectuer un stage dans une association ou une institution à vocation internationale, pour avoir un aperçu d’un débouché possible de notre cursus. J’ai trouvé intéressant de faire un stage chez AEDEV, car ils ont des projets et une action qui s’inscrit dans une des dynamiques de la société moderne et permet à la population de conserver une indépendance vis-à-vis de l’aide apportée.

Ce stage est basé sur un principe particulier, dans la mesure où il s’effectue par le biais d’internet. Il m’a été demandé de créer des fiches techniques sur les pays avec lesquelles l’association fonctionne et d’établir une liste de sites internet abordant des domaines comme l’histoire, l’économie, les NTIC …. de chaque pays.

Cette forme de stage par internet est peu commune mais très intéressante. Il est vrai que le principe du stage d’observation d’une activité ou d’un système d’organisation professionnel n’est pas concrètement fait mais cependant effectué par le biais de notre travail. L’avantage de ce type de stage est qu’il nous permet de mettre nos connaissances et notre méthode à l’épreuve.

Le type de travail demandé se rapproche pour beaucoup du travail universitaire, à la différence que nos responsabilités sont plus importantes, que des personnes « comptent » sur nous et de notre travail dépend le leur. Ce type de stage nous apprend à nous responsabiliser et nous organiser dans une structure nouvelle.
Mes conditions de travail furent relativement confortables dans la mesure où j’établissais moi-même mes horaires de travail ainsi que mon planning, le plus dur étant de le respecter.

L’avantage de ce type de stage est qu’il permet d’éprouver sa méthode de travail, d’acquérir de nouvelles connaissances et de s’inscrire dans une chaine de travail très distincte de celle que l’on peut connaitre dans le cadre universitaire. Par conséquent, même si ce stage ne permet pas de faire d’observation « sur le terrain » à proprement parlé, on a la chance de pouvoir travailler directement dans la structure de l’association et de pouvoir l’observer de l’intérieur, ce qui pour ma part est beaucoup plus intéressant. Les seuls inconvénients que j’ai pu rencontrer au cours de mon travail, sont liés la limite des sources disponibles sur internet.

Ce stage fut une expérience très enrichissante tant d’un point de vue personnel qu’universitaire. Il m’a permis d’expérimenter et de comprendre de façon concrète le travail et le fonctionnement d’une ONG, ce qui d’après moi était le but premier de mon stage.

Nathalie Perrotin, mars 2006