Accueil : Editorial :

7 août 2005 | Imprimer cette page

LA THEORIE ET LA REALITE

par Danielle Beaugendre

Du 6 au 8 juillet s’est tenue en Ecosse, à Gleneeagles, la réunion des maîtres du monde, celle des 8 pays les plus riches de la planète, le G8 [1].
Le Royaume Uni, qui assume en 2005 la présidence tournante du G8, a fait de la lutte contre la pauvreté en Afrique sa priorité.

JPEG - 30.8 ko

Sept chefs d’Etat ou de gouvernement africains [2] ont participé aux réflexions sinon aux décisions.
Tandis que le G8 tenait le cap, résistant à l’orage déchaîné par les attentats terroristes à Londres, le monde, gorgé d’informations et de coups de théâtre, découvre avec un singulier retard que le Niger meurt de faim.

Inconscience ? Indifférence ? Indécence ?

- En Afrique, une famine ne tombe jamais du ciel.

Elles sont le plus souvent provoquées par l’homme : guerres, déplacements de populations spontanés ou instrumentalisés par des dirigeants sans scrupules, abandon des cultures, mauvaise gestion des seuils de crise.

La pénurie alimentaire qui frappe actuellement le Niger tient à la fois du ciel et des hommes. Le plus fort, c’est qu’elle était prévue ! Dès octobre 2004, les ONG et le PAM (Programme alimentaire mondial) l’ont annoncée au vu des récoltes déjà amenuisées par la sécheresse puis ravagées par les nuées de criquets pélerins [3]. La communauté internationale n’a pas bougé, et les autorités nigériennes elles-mêmes ont tardé à distribuer gratuitement les céréales mises à leur disposition par les humanitaires, par crainte d’un effondrement des prix locaux mais favorisant le stockage et la spéculation.

JPEG - 55.8 ko
Carte du Niger

Juillet 2005, il apparaît que 3,5 millions de personnes, soit le quart de la population nigérienne, souffrent de pénurie alimentaire ! L’ONG Médecins sans frontières (MSF), qui a pourtant multiplié les alarmes, dénonce l’indifférence des pays riches, tandis qu’elle enregistre dans ses centres une moyenne de 10 à 15 décès par semaine parmi les enfants malnutris.
Dans certaines zones de ce pays sahélien, les paysans en sont réduits à creuser les termitières dans l’espoir de recueillir des grains de mil stockés par les insectes, à tenter de survivre en mangeant des feuilles, des fruits sauvages, parfois toxiques.

- Pendant ce ce temps...

Tourne le monde : l’effroyable tsunami et l’autre vague de fond, celle de la générosité planétaire, occultent les catastrophes silencieuses, celles qui anesthésient l’opinion publique au lieu de l’alerter [4]. Puis la crise européenne, suivie d’une crise franco-française, ouverte par le NON des français au projet de constitution, et les Jeux Olympiques de ...2012 attribués à Londres et pas à Paris, enfin le G8 tant annoncé, et dont la lutte contre la pauvreté en Afrique doit être le moteur principal.

JPEG - 39.4 ko
Bjjork à Tokyo

Les 3 et 4 juillet, de part le monde, enfin celui du Nord, un million et demi de spectateurs assistèrent aux 10 concerts du "Live 8" donnés, de Tokyo à Londres et New York, à Madrid et Paris, par les plus grandes rockstars, de Bono et U2 à Bjork en passant par Paul Mac Cartney, les Pink Floyd etc.... On ne sait pas si Bill Gates a chanté, mais il était là aussi. Le but :faire pression sur le G8, au nom de l’Afrique.

Le "Live 8" est à inscrire dans l’anthologie des opérations de "communication", mais le fait est là : les images venues du Niger qui s’y superposent sont enfin éloquentes. Le gouffre béant qui s’est ouvert entre la dure réalité sur le terrain et les promesses des maïtres du monde est devenu insupportable.

Le 7 juillet, les bombes des terroristes endeuillent Londres et révulsent le monde entier. La crise au Niger va-t-elle encore passer à la trappe ? Non, les médias et l’opinion publique sont en éveil.

- Tout se précipite alors

En dix jours, les Nations unies ont reçu plus de dons pour le Niger que pendant les dix mois écoulés : 2,8 millions de dollars en une semaine…

JPEG - 37.6 ko
29 juillet 2005
Un ministre français à Tahoua

L’Union européenne débloque 3,8 millions d’euros, la France, 1,5 million d’euros. Son ministre des Affaires étrangères en personne [5] détourne sa route pour venir au Niger, à Tahoua, ce 29 juillet. Il remet à l’hôpital de la ville, sous le contrôle de MSF, 1,7 tonnes de médicaments, dont des antibiotiques et des sels de réhydratation.

Le PAM ,(Programme alimentaire mondial), prévoit de distribuer 4000 tonnes de rations d’urgence, dans la semaine, aux populations les plus touchées. Plusieurs rotations aériennes seront organisées depuis Brindisi (Italie) et Abidjan (Côte d’Ivoire). Des camions apporteront également des vivres depuis Lomé (Togo).
Il était temps.

Parce qu’on a trop tardé, des drames sont encore à venir, surtout parmi les enfants, mais la situation ne s’aggrave plus : malgré un afflux de patients qui ne tarit pas, les équipes soignantes estiment à 90% les chances de guérison.

- Le G8 : une rhétorique bien connue.

Il n’a pas innové.

Après avoir confirmé l’annulation de la dette des 18 pays les plus endettés, dont 14 pays africains, (le Niger en fait partie), les pays riches ont été appelés, une fois de plus à gonfler leur aide publique au développement (APD) de 25 milliards de dollars d’ici à 2010, puis de la tripler d’ici à 2015.

- La réponse des altermondialistes n’a pas tardé :

- L’Afrique a besoin d’aide ? Reste à savoir laquelle. Sous forme d’argent, sûrement, et les sommes d’argent avancées représentent bien peu pour les pays riches. Si elles ne se perdent pas dans les sables, ce qu’un rapport du FMI démontre pour les années récentes.

- L’annulation de la dette ? "De la poudre aux yeux" réplique Mme Barry Aminata Touré [6], organisatrice du "Forum des peuples" à Fana au Mali . « Le montant de la dette annulée ne représente que 2% de la dette extérieure des pays en voie de développement » indique-t-elle. Et si l’Afrique à elle seule totalise 230 milliards de dollars de dette, le service de la dette lui coûte chaque année 12 milliards de dollars..
Mais ceci est une autre histoire, sur laquelle il est prévu de revenir.

- Conclusion

"Penser" l’aide à l’Afrique en termes de macroéconomie et d’intérêts géopolitiques, n’exclut pas de s’intéresser à ses habitants.

S’intéresser au Niger ? Bien sûr ! Il est le 3ème producteur mondial d’uranium [7] !
Les êtres humains ? Sans une mise en lumière médiatique, nul ne les regarde.

M.Egeland, [8] réclame, à l’occasion de la réforme de l’Organisation des Nations Unies, la création d’un Fonds central d’urgence doté d’environ 500 millions de dollars.

Il ne serait alors plus nécessaire de crier (en l’occurence chanter) pour mobiliser l’attention. les attentats de Charm el Cheik ont eu lieu dix jours plus tard : cette "fenêtre médiatique" a profité au Niger.

- Aux sources de cette réflexion :

Des articles de presse :

- "La famine au Niger, catastrophe annoncée mais oubliée", Philippe Bernard, Le Monde, édition du 15/07/05.

- "Une année d’atermoiements" par P.Delbecq, Libération, 27/07/05.

- "Une famine naux racines endémiques", par T. Hofnung, Libération 27 juillet 2005

- "La communauté internationale se mobilise en faveur du Niger", par Corinne Lesnes, Le Monde, édition du 24/07/05.

- "L’indécence des pays riches" par Patrick Sabatier, Libération, 27/07/05.

- "Au Niger une crise alimentaire sans précédent frappe des dizaines de milliers d’enfants" par Robert Belleret, envoyé spécial à Tahoua, Le Monde, édition du 31/07/05.

Sur le G8 :

- "Aider l’Afrique" édito du Monde, 04/07/05.

- "Le monde se mobilise pour faire sortir l’Afrique de la pauvreté" par JP Tuquoi, Le Monde, édition du 06/07/05.

- "Les pays riches ont pris l’habitude de faire de gentils communiqués sans passer aux actes", entretien avec Jeffrey Sachs, conseiller spécial du sécrétaire général de l’ONU pour "les Objectifs du Millénaire".
Le Monde, 17/01/05.

Des sites internet :

Le blog du Monde

Sur une manifestation passée inaperçue : Forum de Fana


[1EU, Royaume Uni, France, Italie, Allemagne, Canada, Japon, Russie

[2Afrique du Sud, Nigeria, Ethiopie, Tanzanie, Ghana, Sénégal, Algérie.

[3Ces insectes voraces ont fait l’objet d’un éditorial d’Aedev il y a exactement un an.

[4Voir Aedev, édito de janvier.

[5Monsieur Douste-Blazy, alors en tournée en Afrique

[6présidente de la Coalition des Alternatives Dette et Développement pour le Mali (CAD-Mali)

[7Ses mines sont aux mains du Français AREVA

[8Coordinateur de l’action humanitaire de l’ONU