Accueil : A la Une (ne plus utiliser cette rubrique) / choisir MOT CLE - actualit ? dans chaque article :

9 avril 2005 | Imprimer cette page

Un rapport alternatif pour dénoncer les actes de torture

Dans le but d’accroître la responsabilité de l’Etat béninois à respecter les droits de l’Homme au Bénin, l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT) a préparé un rapport alternatif, conjointement avec trois ONG béninoises actives dans le domaine des droits de l’ Homme. Au nombre de ces ONG, Human Rights Task Group (HRTG) ; Association des Femmes Juristes du
Bénin (AFJB) et Enfant Solidaire d’Afrique (ESAM).

Intitulé « violence étatique au Bénin », ce rapport alternatif n’a pas manqué d’être positivement apprécié par la direction des droits de l’Homme au Bénin et le gouvernement béninois.
Il contient la listes des points à traiter pour annuler l’existence des actes de torture au Bénin. Lesquels points ont servi de fil conducteur au dialogue entre les experts indépendants du comité des droits de l’Homme et la délégation officielle du Bénin ; au compte rendu de la session des quatre organisations précédemment citées, aux observations finales et aux recommandations adoptées par le comité des droits de l’Homme. Ce rapport met l’accent sur la pratique de la torture et autres peines ou traitements cruels inhumains ou dégradants de manière générale et à l’égard des victimes particulièrement vulnérables que sont les femmes et les enfants au Bénin.
Plusieurs recommandations des Ong sont venues meubler le document. Quant à la coalition des Ong, elles ont avant tout reconnu que les droits de l’homme ne sont pas respectés au Bénin et que la torture continue d’y avoir cours. Il faut signaler que dans le cadre du suivi de ce rapport, une formation a été donnée à plus d’une quinzaine d’ONG (toutes œuvrant dans le domaine des droits de l’Homme) pour le renforcement de leur activisme pour un meilleur éclairage sur la situation de droits humains au Bénin. Le rapport alternatif sur la violence étatique au Bénin est donc échelonné sur une période de 5 ans.